No-poo : adieu shampooing qui pollue ta tête et ta planète

Depuis que je suis devenue chroniqueuse pour l’Agenda de la nantaise, j’ai fait des tas de rencontres incroyables, des passionnés, des gens qui ont compris qu’à leur échelle, par des gestes simples, ils peuvent changer le monde. On me dit encore souvent que ça ne sert à rien, que si des industriels inventent des produits jetables et simples d’utilisation, pourquoi s’embêter à trouver une alternative écologique. Dans ces moments-là, je pousse un hurlement intérieur et, pour ne pas arracher la tête de mon interlocuteur, je repense à Damien (conducteur de Zoé), Audrey (Compostri), Séverine (Humus 44), Guillaume, Axel et Simon (Green Course), Patricia (La Folle Tournée Paysanne)… et ça va mieux.

Ma dernière rencontre s’est déroulée autour d’un thé fait maison chez Aurélie. Elle m’a reçue pour me parler de son expérience du « no-poo ».

No-poux ?? La première fois que j’ai entendu ce terme, j’ai pensé qu’on se moquait de moi (poo = caca en anglais). C’est quoi le no-poo ? Un club de constipés ? Ou une ligue anti-Winnie l’Ourson (Winnie The Pooh en english) ? C’est vrai que Winnie n’est pas blanc-bleu mais tout de même.

no poo

Voilà, j’ai épuisé mon stock de blagues, je peux maintenant passer aux choses sérieuses.

Idées reçues sur le no-poo

Le no-poo donc, c’est simplement le no-shampoo, autrement dit : le fait de ne plus utiliser de shampooing. Aaaaaah OK ! Et là, les questions se bousculent : on doit avoir les cheveux gras ? Et des pellicules ? Ça doit sentir mauvais ? D’où ma rencontre avec Aurélie.

Aurélie a commencé le no-poo, en octobre 2013, en suivant les conseils d’une amie qui avait elle-même découvert cette pratique sur Internet. Aurélie soigne son hygiène de vie. Elle essaie de manger sainement et de privilégier le fait maison. C’est pourquoi éliminer le shampooing, qui n’a rien de naturel (c’est bourré de produits allergènes, de perturbateurs endocriniens et cancérogènes) tombait sous le sens. Et puis elle avait tout fait pour se débarrasser des pellicules, sans succès.

Comment ça marche ?

D’abord, tu espaces les shampooings petit à petit. Si tu te laves les cheveux tous les jours, essaie de le faire tous les deux jours, puis tous les trois jours, jusqu’à n’en faire qu’un par semaine. Ensuite, tu te débarrasses de ton shampooing et de tous tes soins pour cheveux. Logique.

Pour remplacer ton shampooing industriel, tu mélanges deux cuillères à soupe de bicarbonate avec de l’eau. Tu répartis le mélange sur toute ta crinière et tu frottes bien. Ça ne mousse pas, tu t’y habitueras. Tu laisses agir un peu et tu rinces bien.

Deuxième étape, tu mélanges deux cuillères à soupe de vinaigre de cidre avec quelques gouttes d’huile essentielle (ylang ylang pour les cheveux gras, lavande, tee tree…). Laisse agir et rince (ou ne rince pas, ça marche aussi). Le vinaigre de cidre fait briller les cheveux : grâce à lui plus besoin de les épointer, il suffit d’y tremper les pointes de temps en temps.

no-poo

Après avoir fait ça une fois par semaine pendant quelques temps, essaie de ne plus te laver les cheveux du tout pendant un mois. Oui, tu as bien lu, UN MOIS. C’est le temps nécessaire pour que le sébum se régule. En effet, les shampooings industriels agressent ton cuir chevelu et plus tu te shampooines, plus tes cheveux re-graissent rapidement. C’est un cercle vicieux. Ce mois de « jeun » permettra d’y mettre fin.

Par contre, le coiffage est très important (matin et soir). Il aide à répartir le sébum sur toute la longueur et enlève la poussière. N’oublie pas de nettoyer ta brosse après chaque brossage.

Expérience no-poo : verdict

Après ce mois sans mettre la tête sous l’eau, tu pourras les laver à nouveau de temps en temps, soit avec le bicarbonate et le vinaigre, soit à l’eau claire tout simplement. Tu peux aussi te faire des shampooings secs avec de la fécule de maïs ou de l’argile verte ; ou encore te faire un soin au rhassoul ou à la poudre de Sidr mélangés avec de l’eau. L’aloe vera fait une très bonne base pour un gel naturel.

En fonction de ton type de cheveu, tu peux trouver plein de conseils sur Internet pour en prendre soin naturellement. Par exemple, il paraît que les graines de lin sont super pour les cheveux crépus. Pour les problèmes de pellicules, un peu d’huile d’olive et d’ail ou quelques « pschitt » de vinaigre de cidre sur les racines devraient suffire.

Je sais que tu as encore mille et une questions. Aurélie a trouvé toutes les réponses sur ce blog : le-jour-ou-jai-arrete-de-me-laver-les-cheveux

no-poo

Crois-moi, personne ne peut deviner qu’Aurélie n’a pas de shampooing. Ses cheveux sont beaux et ne sentent absolument pas mauvais (elle me les a fait sentir). Ils sont plus sains que les miens. En plus, ça fait du bien à la planète (sinon je n’en parlerai pas, daaaah) : les shampooings sont composés de produits très polluants et contenus dans des flacons en plastique.

Pour ma part, je suis convaincue. Je commence à espacer mes lavages. Pour l’instant, j’utilise du savon pour cheveux et après ce sera NO-POO !! Et toi, tu t’y mets quand ?


Bien-être Voir plus d'articles  

4 thoughts on “No-poo : adieu shampooing qui pollue ta tête et ta planète

  1. Petit retour de mon expérience no-poo :
    Je viens de terminer mon mois sans shampooing. ça n’a pas toujours été facile mais j’ai réussi à tenir. J’ai quand même continué à les mouiller. Je les démêle avec du vinaigre de cidre.
    Je me suis également fait un gel à base de graines de lin.
    Pour l’instant, le seul problème ce sont les pellicules. Mais je vais les combattre ! Et puis, le fait de devoir les brosser matin et soir est un peu contraignant pour mes cheveux bouclés ; ça fait disparaître les boucles. Mais là encore, je vais vite trouver une solution : les remouiller et mettre du beurre de coco le matin par exemple.
    Bref, le shampooing, c’est fini pour moi !

  2. Coucou,
    Je n’en suis qu’au début : j’espace les shampooings.
    Je vous tiendrai au courant quand j’aurai totalement arrêté.
    Contente que l’article vous ait plu !

  3. Je ne suis pas sûre d’être prête à mettre de l’ail dans mes cheveux…. Mais l’idée générale est bonne!

  4. Coucou !
    Très clair et concis ton article sur le no-poo 🙂
    Pour ma part, j’en ai entendu parler il y a plusieurs mois via des blogueuses (Antigone XXI et Les Cheveux de Mini) et j’avais été conquise par le principe.
    J’ai fait la cure de sébum en premier, avant les shampoings au bicarbonate (elles conseillaient de le faire dans cet ordre) et je les ai rincés au bout de 20 jours… une échéance m’empêchant d’aller au-delà ^^
    J’ai effectivement vu un résultat : mes cheveux étaient plus beaux, plus brillants. En revanche, en ce qui concerne l’espacement des shampoings, cela n’a rien changé pour moi. Mes cheveux regraissent au bout de 2 jours, et c’est toujours ainsi même après la cure.
    Cependant, je prends sur moi et les lave tous les 4 jours.
    J’aimerais beaucoup avoir ton retour une fois que tu auras fait la cure, pour savoir si ça a marché sur toi. 🙂

    Aujourd’hui, je me lave les cheveux moins souvent mais avec du shampoing bio (tous ne sont pas allergisant et nocifs… 😉 ) c’est un bon compromis. =)

    Bonne journée à toi !

Comments are closed.