Avec Compostri, le compost en ville c’est facile

Audrey Ayme est née à Nantes il y a 34 ans, y a passé son enfance et est revenue pour s’y installer en 2005. Elle vit au-dessus de chez moi à Saint-Sébastien. Elle est donc proche de moi en distance et en âge. Pourtant, elle a une sacrée longueur d’avance en ce qui concerne l’écologie ! Elle fait partie du Conseil Municipal, chargée de l’environnement. Audrey est une passionnée, elle mène plusieurs batailles de front : inciter la crèche à passer aux couches lavables, transformer les friches en vergers pour tous, instaurer des repas bio dans les cantines…

Audrey, la reine du compost de mon quartier !

Mais moi, je la connais surtout comme Miss Compost de la Cailletière. C’est grâce à elle si, depuis mai 2012, je ne jette plus mes épluchures de légumes à la poubelle.

compost

Il a fallu deux ans pour combattre les préjugés. Les résidents ne voyaient pas d’un bon œil cette grosse boîte malodorante et coûteuse qui dénaturerait leur beau parc. Et ne parlons même pas de l’inévitable invasion de rats ! Audrey était préparée. Non, ça ne sent pas mauvais ; c’est gratuit (hormis l’adhésion annuelle à l’association Compostri, 50€ par an divisés entre 185 familles…) ; c’est un compost fermé à clé, les rats iront coucher ailleurs. La jeune femme a également mis en avant les avantages d’une telle installation : réduction des déchets organiques et surtout un bon prétexte pour rencontrer ses voisins.

Ainsi, l’Association Compostri, spécialiste du compostage urbain partagé depuis 2007, a posé une jolie cabane au fond du jardin. Ces pavillons sont fabriqués par l’association ATAO qui a pour but l’insertion sociale et professionnelle de personnes en situations de précarité ou d’exclusion.

Audrey est guide composteur et membre du conseil d’administration de Compostri. Notre maître composteur est Léa Lacrampe. Elle vient régulièrement s’assurer que tout se passe bien et nous donner des conseils.

compost

La fête des voisins autour du composteur

Tous les samedis, entre 11h30 et 12h30, je me rends au composteur pour vider mon petit seau plein d’épluchures, de croûte de fromage et de coquilles d’œufs. A tour de rôle, des habitants volontaires assurent une permanence. J’essaie de m’y inscrire au moins une fois par mois pour que ce ne soit pas toujours les mêmes qui s’y collent. Mais on ne va pas non plus forcer nos voisines, les petites mamies, à la faire ! C’est souvent l’occasion d’échanger les derniers potins avec les habitants des autres bâtiments, de voir de nouvelles têtes…

Plusieurs fois par an, on effectue le retournement ; c’est-à-dire qu’on bascule le compost obtenu dans un autre bac pour qu’il se repose encore quelques mois avant d’être prêt à l’usage. On en profite pour boire un coup et faire la fête.

compost

L’avantage de notre composteur par rapport à un composteur individuel c’est que, comme la masse de compost est plus importante (5m3), la température l’est aussi (70°C). Donc les déchets se décomposent mieux. Les coquillages difficiles à dégrader ne sont acceptés que dans les gros composteurs.

Mais que fait-on du compost obtenu ? Des habitants en prennent pour leurs plantes d’intérieur ou leur balcon. Sinon, on le donne autour de nous. Audrey rêve d’un potager entre voisins nourri par ce bel engrais. Pour l’instant, elle essaie de convaincre notre jardinier de s’en servir et de renoncer aux pesticides.

Grâce à Compostri et à Nantes Métropole, on compte aujourd’hui une centaine de composteurs partagés dans l’agglomération. Si vous aussi, vous souhaitez mettre en place un système de compostage partagé dans votre quartier ou au pied de votre immeuble, contactez Compostri.

compost

COMPOSTRI
Le Solilab – 8 rue de Saint Domingue
44200 NANTES
09.82.45.22.21


Nantes Voir plus d'articles  

Déjà 2 commentaires, et le vôtre ?

  1. Marie a testé le no-poo et les shampooings naturels

    […] et, pour ne pas arracher la tête de mon interlocuteur, je repense à Damien (conducteur de Zoé), Audrey (Compostri), Séverine (Humus 44), Guillaume, Axel et Simon (Green Course), Patricia (La Folle […]

  2. La mariée qui n'aimait pas les bouquets de fleurs...

    […] Comme nous sommes partis sur un thème champêtre/rétro, c’était difficile de ne pas tomber sur les traditionnels bouquets de fleurs. Mais voilà, même si j’ai repéré des bouquets magnifiques avec des fleurs de coton ou des pommes de pin, j’ai un petit souci : j’aime PAAAAS les fleurs. En plus ça se prépare au dernier moment et deux jours après, poubelle ! Enfin composteur, pardon Marie ! […]