James Lassey et Doudou Pop, une histoire pleine d’imagination…

Je l’avais raté de peu à la Cale 2 Créateurs, concept store multi-créations et galerie d’exposition, sur l’île de Nantes mais, intriguée comme jamais, j’étais décidée à l’interviewer ! Un homme créateur-designer-plasticien-maroquinier nantais fabriquant des doudous…Waouh ! Que de talents pour une seule personne (attention, je n’ai pas dit pour un homme, lectrices à l’esprit mal tourné…) ! Son nom n’est pas Bond mais James a plus d’une balle dans son Beretta, je ne tardais pas à m’en apercevoir à l’énoncé des étapes de sa vie.

James-Lassey-portrait

Idées à tous les étages = touche-à-tout créatif

Jeune quadra (non, sa photo n’est pas retouchée, je sais, c’est injuste) né à Cholet, James a étudié aux Beaux-Arts de Cherbourg et de Nantes, spécialité « plurimédia ». Il fait un petit tour par Marseille, de 2001 à 2006, où il apporte son aide artistique et technique en vidéo à des plasticiens. Il en profite pour créer en 2004 une marque de peluches, Doudou Pop et commence à diffuser ses créations, en France et à l’international. Puis, il devient graphiste à Montaigu pour une agence et des entreprises du secteur de la mode, comme IKKS ou Terre et Mer. Mais il se détourne de ses activités numériques pour se former en tant que maroquinier-sellier aux Ateliers Nantais de Maroquinerie pour Hermès… rien que ça ! Petit détail : la maman de James était couturière… hérédité, quand tu nous tiens ? Il devient ensuite professeur suppléant en Arts Appliqués plurimédia dans un lycée de Luçon et se prend au jeu : pour pouvoir s’occuper de sa petite famille et avoir du temps pour créer, il se forme au noble métier d’enseignant tout en effectuant des piges en graphisme. Vous avez dit « touche-à-tout » ? Mais toujours avec le fil rouge Doudou Pop…

James-Lassey-doudou-noir james-lassey-girafe

Des doudous hors du commun pour petits et grands

Depuis toujours James Lassey dessine de petits pictogrammes, il en a même créé pour le festival berlinois Pictoplasma qui met en avant le character design et l’art figuratif. Ses drôles de personnages sont donc devenus des doudous et le premier aurait été inspiré par le totem togolais qui trônait dans la maison familiale… Validés par ses enfants, qui les testent sans pitié, les doudous sont élaborés aux normes CE en microfibre à base de bouteilles d’eau recyclée : jolis, doux et « développés durablement », tout pour plaire ! Sa maîtrise du cuir piqué sellier a donné naissance à des doudous plus luxueux, des animaux au style épuré ou des armes, pour la déco, qui ne se prennent pas au sérieux.

Nourri par le monde qui l’entoure et les problématiques de violence, de froideur, de platitude des rapports humains, James crée aussi des œuvres plus radicales et luxueuses. Il a ainsi mis en scène une installation en forme de tête de mort avec 200 peluches au Manoir de Paris (attraction de type maison hantée), créé un ballon de foot en python, exposé des photos sur bâches et compte produire des sacs pour homme de haute qualité (je ne sais pas pourquoi mais je pressens que leurs femmes les leur emprunteront dare-dare !).

james-lassey-famas-noir-skai

Vous l’aurez compris, le doux et doué Mister James s’épanouit dans la multi-créativité, pour notre plus grand bonheur, et il continue à travailler sur des projets photos et vidéos.

En attendant ses prochaines créations, vous pouvez vous faire offrir un superbe fusil FAMAS en cuir or cousu main (200€) pour la Fête des mères car, oui, le décalé est toujours tendance ! On peut aussi craquer pour des doudous rigolos dans des couleurs acidulées (à partir de 15€) et les garder pour soi sans une once de culpabilité, non mais ! On les trouve à la Cale 2 Créateurs ou sur le site de James Lassey qui peut aussi travailler à la commande. Allez, lâchez-vous, donnez libre cours à votre imagination et profitez de ce dicton qui nous arrange, pour une fois : au mois de mai, fais ce qu’il te plaît 😉

James-Lassey-crane

James Lassey


Mode Voir plus d'articles