Catherine Sfoggia, entre sensualité et gourmandise…

Cette fois-ci, même pas besoin de zoner dans des endroits underground, décalés, improbables – ou les trois à la fois – puisque Catherine Sfoggia me fut présentée sur mon lieu de travail. Comme quoi, il faut toujours espérer la pépite dans la monotonie de notre quotidien !

Catherine-Sfoggia-portrait

Enfant imaginative, femme créative

En banlieue parisienne, la petite Catherine commence par prendre des cours de dessin, peinture, pastel puis elle obtient son diplôme à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art, section fresque. Elle prend également des cours sur modèle vivant aux Beaux-Arts de Paris. Ensuite, pendant un an, elle crée des bijoux pour des maisons de haute-couture comme Lacroix et Ungaro. En 1990, elle se met à produire des œuvres picturales, des décors peints pour la télévision, dans le cadre de plusieurs structures.

Bye-bye Paris, Catherine Sfoggia débarque à Nantes en 1996, fabrique deux enfants et crée une Scop ayant pour principale activité la réalisation de décors pour les musées. La société marche bien, cependant l’incontrôlable facteur humain met fin à l’aventure et notre créatrice reprend en 2008 ses activités artistiques personnelles. Mais elle aime l’énergie d’une équipe et co-crée l’atelier Saturne en 2009 avec cinq artistes. Ensemble, ils participent à plusieurs expositions dans le cadre du Fil de l’île sur l’Ile de Nantes, de L’art prend l’air ou du Parcours des créateurs de Trentemoult. Parallèlement, elle propose, avec bonheur, des interventions en milieu scolaire à Rezé, son port d’attache. En 2013, une expérience va l’enchanter : la coordination artistique de l’exposition Fille de clef, paroles de femmes, regards d’hommes à Château-Gontier. Eclectisme, j’aime ton nom !

Cette année, c’est une « farce artistique » à laquelle elle a convié les visiteurs de Trentemoult : une mise en situation de gourmandises factices dans les vitrines d’artisans boulangers pour le 1er avril… A s’y casser le nez à défaut du ventre !

Catherine-Sfoggia-table

Elle sait tout faire de ses dix doigts, Catherine Sfoggia démultiplie les résultats !

Notre facétieuse artiste compte poursuivre et développer son travail autour du concept de « tables dressées » avec des œuvres en semi-volume et techniques mixtes. Son but ? Surprendre, faire sourire et saliver, mettre l’eau à la bouche… Le fil conducteur de ses œuvres tient dans cette envie de susciter le désir, d’évoquer l’aspect charnel des choses et des personnes. Inspirée par l’aspect éphémère des instants de bonheur, elle cherche à nous les faire revivre dans ses peintures ou ses compositions en tissus. Car l’inclassable Catherine se saisit de tous les matériaux qui lui parlent (tiens, une grand-mère couturière, comme pour beaucoup de créateurs que j’ai rencontrés !) et a le goût du « recyclage d’histoires ».

Elle aime varier les pratiques techniques, peint sur divers supports (bois, carton, plastique), coud à la machine ou à la main pour un résultat différent à chaque fois et souvent gai. Elle cherche, expérimente, sa vision des choses et son âme curieuses la guidant sur des chemins sincères. La réaction du spectateur est fondamentale dans cette quête : je vous l’ai dit, Catherine Sfoggia est partageuse ! Alors, oui, bien sûr, les créations de madame ne pourront pas prendre place sur votre corps ou à vos pieds, la mode n’est pas son univers (quoique).

Catherine-Sfoggia-1

Si vous voulez vous tenir au courant de ses prochaines expositions ou, pourquoi pas, lui commander un gâteau spécial fête des Pères, il faut aller voir son profil Facebook. Vous verrez que je n’ai pas menti : son imagination est sans limite… Bon appétit et à la vôtre !


Décoration Voir plus d'articles